histoire du ruban bleu de l'atlantique

 

 

 

[…] “Histoire du Ruban bleu de l’Atlantique” plonge le lecteur dans un voyage à travers le temps et les continents, dévoilant, au fil des pages, photos d’archives, documents d’époque et anecdotes. Un beau livre à offrir

— Estuaire

Retour sur l’Histoire des géants des mers

Le Ruban Bleu ? Peu connu aujourd’hui, ce trophée décerné au navire le plus rapide sur l’Atlantique a pourtant fait les gros titres de la presse au XXe siècle.
C’est le cas en 1912, avec le naufrage du Titanic. Le navire de la White Star Line, réputé insubmersible, sombre alors dans l’Atlantique Nord. Naviguant à vitesse excessive, il n’avait pu éviter l’impact. Et à l’origine de cette catastrophe, la volonté de conquérir le titre. Celui-ci était alors détenu par le Mauretania, son concurrent direct de la Cunard Line.
C’est encore le cas dans l’entre deux guerres, lorsque le Normandie décroche le titre dans le sens aller, puis retour. C’est au Rex italien, puis au Bremen de l’Allemagne que le navire reprend le titre. Une mémorable démonstration de force par la Compagnie Générale Transatlantique. Le navire se disputera ensuite le record avec le Queen Mary britannique.
Dans son livre, Benoit Bonnaffé retrace l’histoire de ce trophée. Une course au record entre compagnies maritimes. Une course au prestige, également. A l’origine de ces recherches, une découverte. Edouard Bonnaffé, son ancêtre, était titulaire du record de la traversée.
Une histoire très nazairienne, comme l’écrit Patrick Deville dans sa préface : « Saint-Nazaire est une ville littéraire et maritime, et les rêves en acier de cent mille tonnes qu’elle lance sur les océans ne seraient rien sans quelques gouttes d’encre, et la fierté de hisser au grand mât la belle étamine bleue, ce record de vitesse dont Benoit Bonnaffé, le Nazairien, retrace ici le siècle mouvementé ».

 

avec le soutien de :

logo_french_lines                logo_institut_culturel_de_bretagne

 © 2013 Editions Opera, ISBN 978-2-35370-160-5

Histoire du Ruban bleu de l’Atlantique, Benoit Bonnaffé, francais, 5/5